Table des matières

«Les mots sont des grains de nourriture pour l'esprit... Et c'est l'esprit qui donne au corps le sens de la vie et l'envie de la vivre... Tant que l'esprit est en alerte... en mouvement... le corps garde plus facilement le goût de le suivre...».

«Vous avez droit à la parole. Vous avez droit aux mots. Vous avez droit au livre... Vous avez des droits sur l'univers de lire et d'écrire... Vous avez le droit de dire et d'écrire ce que vous pensez... Prenez ces droits. On a omis de vous les dire? Vous avez omis de les prendre? Réparons ensemble cette erreur!»

Gilles Vigneault

Avant-propos

Le Comité d'entraide populaire en alphabétisation du Grand Châteauguay vous présente ce guide pour alphabétiseures1 bénévoles. Nous souhaitons que ce document vous guidera dans une démarche qui, nous espérons, vous tient à cœur, c'est-à-dire l'alphabétisation.

L'objectif principal de ce Guide est de sensibiliser l'alphabétiseure bénévole à la problématique des personnes analphabètes et de suggérer des stratégies d'interventions, dans le but de vous jumeler à ces dernières.

Avoir recours à des alphabétiseures bénévoles, est un choix politique et social. Ce n'est pas une question de «cheap labor », mais plutôt l'apport de deux êtres humains avec une réalité de vie différente et des richesses différentes. Sans elles, il nous serait impossible de remplir adéquatement notre mandat. De plus, nous sommes en position pour constater et considérer la qualité des services qu'offre notre population bénévole, population riche d'expériences, de formation et surtout de cœur!

Introduction

Nous avons tous, à un moment ou l'autre de notre vie, agi comme alphabétiseures bénévoles. De fait, avec nos frères et sœurs et surtout avec nos enfants, nous les avons aidés à apprendre les bases de la lecture et de récriture. Pour cette raison, nous croyons que vous possédez les aptitudes nécessaires à l'accomplissement de ce rôle social implicite.

Décider d'être bénévole est un geste de cœur et d'engagement, car l'apprenant prend tout son courage pour vous recevoir chez lui, ou encore, pour venir vous rencontrer au local. Il s'ouvre à vous sur un problème des plus importants de sa vie. Sa situation est douloureuse et fragile. Il a besoin de réconfort, de stabilité et de confiance.

Pour ce faire, les personnes bénévoles ont besoin d'une formation solide, de support et de suivi. Nous espérons donc que cet outil saura y répondre.

Problématique et réflexion sur l'analphabétisme

«Une personne sur cinq est potentiellement analphabète!»

Les personnes analphabètes développent des habiletés telles qu'une mémoire accrue pour le non-texte, de la débrouillardise, du «flair», un système d'association très personnel et une grande capacité d'observation. Savoir reconnaître une personne analphabète nécessite donc une attention particulière.

Ces personnes sont intelligentes. Dans une société où l'usage de la lecture et de l'écriture est indispensable, elles font preuve de beaucoup de débrouillardise. Dans bien des cas, elles ont développé une mémoire visuelle et auditive exceptionnelle. D'ailleurs, que pensez-vous de ce camionneur qui, avec l'aide de sa femme, mémorisait le trajet qu'il devait parcourir pendant les fins de semaine. Bien sûr, il y aura toujours quelqu'un qui aura «oublié ses lunettes» pour ne pas avouer son incapacité à déchiffrer et à comprendre un écrit.

Les résultats d'une enquête menée par le Groupe Creative Research, tentant de mesurer les performances en écriture et en lecture, démontre que 28,9% des Canadiens seraient analphabètes, dont 10,5% analphabètes complets et 18,4% analphabètes fonctionnels.

Définition

La personne analphabète complète
Est une personne incapable de se servir de la lecture et de l'écriture pour vivre dans le quotidien.

La personne analphabète fonctionnelle
Est l'adulte qui ne peut exercer toutes les activités nécessaires dans la vie de tous les jours.

La personne analphabète de retour
Est un adulte ayant un minimum de scolarité et qui par manque de pratique, a perdu les bases de lecture et de l'écriture.

Alphabétisation et relation d'aide

La relation d'aide est une attitude qui consiste à aider et guider une personne dans une démarche choisie. Cette attitude aide l'apprenant à découvrir les outils nécessaires et utiles à la démarche qu'il s'est fixée. Dans ce cas-ci, nous tentons de soutenir la personne dans son apprentissage de la lecture et de l'écriture tout en l'aidant à prendre conscience du développement des autres aspects de sa vie et de son autonomie! C'est de la relation d'aide!

Nous n'insisterons jamais assez sur l'importance de la relation d'adulte à adulte dans la démarche d'apprentissage, ce qui est en opposition à la relation maître-élève. Dans l'action que nous poursuivons avec les personnes bénévoles, nous désirons que de nouveaux acquis, la lecture et l'écriture, soient enseignés mais cet apprentissage sera intégré s'il existe une relation de confiance entre les deux parties.

Il faut comprendre que lorsque nous acceptons d'intervenir comme alphabétiseure bénévole, nous devons, avant tout, effectuer un travail avec une personne qui a son expérience de vie, ses forces, ses outils et ses attentes.

La relation apprenant/bénévole est mutuellement enrichissante et est pour chacune des parties l'occasion d'apprendre à recevoir et à donner, et ce, en toute simplicité, dans une atmosphère d'amitié, de plaisir et de respect!

Une relation de confiance, ça se construit! Soyez intéressée, écoutez-le, respectez ses confidences, faites-le parler de lui, aidez-le à s'évaluer sur des notions déjà acquises. Nous croyons qu'il est important d'investir dans le rapport avec l'apprenant pour mieux le connaître. L'apprenant adulte est une personne à part entière.

Dans les premières rencontres parlez ensemble des objectifs et de la teneur de ces derniers. Un objectif se doit d'être réalisable à court terme, stimulant et facile à atteindre. Respectez le rythme de votre apprenant. Planifiez les leçons à l'avance, mais demeurez flexible. Faites ensemble des choix, mais soyez prudente dans la façon dont vous les présentez.

Surtout, ne jamais ridiculiser, critiquer ou rire des erreurs de l'apprenant. Plutôt, riez avec lui! Ça détendra l'atmosphère!

Puis-je agir comme alphabétiseure bénévole?

Plusieurs d'entre nous avons déjà agi comme alphabétiseure. Nous possédons déjà les outils nécessaires pour accomplir cette tâche. Il faut surtout beaucoup de patience et de conviction! Être alphabétiseure bénévole est un engagement qui demande de la disponibilité. Cela peut représenter un investissement de deux à six heures par semaine.

Pour vous aider à savoir si vous avez les aptitudes et les attitudes requises pour cette tâche, nous vous proposons ce questionnaire. Si vous répondez plutôt positivement à l'ensemble de ces questions vous pouvez agir comme alphabétiseure bénévole!

  • Est-ce que j'aime écrire?
  • Est-ce que j'aime lire?
  • Est-ce que je crois que lire et écrire sont des droits fondamentaux?
  • Est-ce que je respecte les personnes dans ce qu'elles sont.
  • Est-ce que j'aime apprendre?
  • Est-ce que je suis capable d'interpréter une explication plusieurs fois, et ce, de façon différente?
  • Est-ce que j'aime écouter les autres?
  • Est-ce que j'aime parler avec les autres?
  • Est-ce que j'ai le goût de prendre quelques heures par semaine pour enseigner à lire et à écrire à une personne analphabète?

A) Ai-je les aptitudes?

Les aptitudes peuvent se résumer essentiellement à avoir le désir d'enseigner quelque chose de vital à une personne. Dans une situation d'apprentissage, vous pouvez développer des aptitudes de caractère.

Si vous vous reconnaissez dans les aptitudes décrites ci-dessous, osez et joignez-vous à l'équipe des alphabétiseures bénévoles!

L'alphabétiseure bénévole devrait:

  • avoir du discernement, reconnaître distinctement les situations «du bon sens»;
  • être autonome, continuer à développer son autonomie;
  • être consciente de ses forces et de ses limites;
  • avoir confiance en ses capacités, en ses ressources;
  • avoir de la détermination, se rendre à l'objectif prévu autant que possible, et ce, dans le respect du rythme de l'apprenant;
  • penser à l'humour! alléger l'apprentissage par le biais du rire! C'est dans l'agrément que l'on apprend le mieux!

B) Attitudes favorisantes

L'attitude dominante de l'alphabétiseure bénévole se révèle avant tout dans la façon d'être «à l'écoute de l'autre» pour bien comprendre les besoins exprimés par l'apprenant...

Pour nous écouter veut dire être:

  • respectueuse de la personne
  • chaleureuse
  • encourageante
  • attentive
  • intéressée à la démarche de l'apprenant
  • rassurante dans ses progrès
  • sécurisante face à la peur de l'échec
  • à l'écoute de ses connaissances et les valoriser
  • savoir retourner en réussite ce qui peut paraître un échec.

«L'apprenant, il faut l'accepter tel qu'il est!»

Il ne faut pas oublier aussi que pour effectuer ce travail en alphabétisation, il faut avoir l'amour du français et être capable de transmettre ce sentiment! De plus, lorsque l'alphabétiseure bénévole et l'apprenant travaillent dans le plaisir et l'agrément, tous les deux découvrent à quel point ils vivent une expérience extrêmement enrichissante.

Comment agir durant les rencontres

Lors de la première rencontre, il est peu ou pas important de parler d'alphabétisation. Établir une relation amicale est primordiale. Chaque individu a un trésor infini d'expériences.

Amenez doucement la personne analphabète à parler de sa situation et de quelle façon elle s'est débrouillée jusqu'à ce jour dans sa vie. Cela permettra de valoriser son expérience et sa capacité d'apprendre.

En parlant de vous aussi et de votre expérience de vie, la personne analphabète sera encouragée par cette attitude, et la confiance s'installera plus facilement. Nous devons, autant que possible, l'aider à préciser les raisons de son retour aux études et fixer des objectifs à court terme. Pourquoi ne pas envisager des moments de réflexion et l'aider à lui faire prendre conscience qu'il y a des étapes à franchir dans l'apprentissage de la lecture et de récriture ainsi que dans toute situation de vie?

Au fur et à mesure que la relation s'établit, encouragez-la à exprimer ses émotions et ses opinions. Alphabétiser n'est pas seulement apprendre à lire et à écrire, c'est aussi une relation qui peut devenir enrichissante pour la bénévole et l'apprenante.

Somme toute, tâchons de réaliser une relation d'égale à égale, choisir des activités qui leur font découvrir leurs capacités créatives et inventives, susciter de l'intérêt et réduire l'anxiété. Ces attitudes contribueront nécessairement à démystifier l'ampleur d'une demande en alphabétisation. Faisons-nous confiance et faisons-lui confiance!

«Valorisez toujours ce qu'elles savent déjà!»

A) Écueils prévisibles

«L'apprenant adulte» réalise soudainement l'ampleur du travail à faire pour apprendre à lire et à écrire. De plus, il découvre qu'il lui faudra beaucoup de courage!

«La personne bénévole» saura par son contact personnel l'aider à raffermir la motivation et «l'accrocher» au point de départ. Elle doit insister sur les capacités de son apprenant; elle doit renforcer sur ce qu'il sait déjà et l'inviter à continuer, à ne pas lâcher.

L'apprenant adulte est souvent gêné et il a honte de ne pas savoir lire ni écrire. Il est sûr qu'il ne sera pas capable d'apprendre. Des signaux non verbaux apparaissent: les mains tremblent, le visage rougit, des sueurs perlent, la voix est tremblotante, il bouge beaucoup ou est figé, se plaint de maux de tête, etc.

La personne bénévole favorisera un climat de confiance pour aider l'apprenant adulte à surmonter sa nervosité, ce qui facilitera l'apprentissage. L'important: dédramatiser la situation. Apprendre à lire et à écrire n'est pas un drame, mais plutôt un droit!

Manque de concentration
Le cerveau est comme un muscle. Lorsqu'il ne travaille pas, il s'atrophie et perd du tonus. Lorsqu'il y a un nouvel apprentissage dans notre vie, la fatigue peut s'installer rapidement.

Quoi faire?

  • Varier les approches
  • Expliquer
  • Écouter / alterner / parler
  • Lire à haute voix
  • Prendre des pauses

Lenteur et découragement
Fréquemment, l'apprenant adulte se décourage de la lenteur de ses progrès et a le goût de quitter, d'abandonner ses cours, ce qui est fréquent.

Quoi faire?

  • Lui faire confiance
  • Valoriser ce qu'il a déjà appris
  • Respecter son rythme
  • Être patiente

Annulation de rendez-vous
Ce peut être une attitude de fuite. Quelles en seraient les raisons probables? Peut-être la lenteur, le découragement, des problèmes d'ordre social ou familial?

Quoi faire?

  • Surtout, garder le contact téléphonique
  • Être vigilante, (avoir une attention soutenue)
  • Le faire parler
  • Continuer à l'encourager face à ses efforts et ses nouveaux acquis.

L'apprenant adulte peut développer de la dépendance face à la personne bénévole et être fortement tenté de tout remettre entre les mains de la bénévole... attention!

La personne bénévole, consciente du danger de la dépendance, saura être attentive et faire en sorte que l'apprenant adulte se prenne en main et soit lui-même l'artisan de sa propre autonomie. Ex.: ne pas prendre un rendez-vous pour lui, soit chez le médecin, le dentiste, etc..

Si vous êtes dans le doute face à un problème d'apprentissage ou de fonctionnement, parlez-en à l'apprenant concerné et à une ressource extérieure, tel un confrère ou à la personne responsable des bénévoles. Juste le fait d'en parler vous aidera à trouver une solution.

B) Conseils pratiques

Pour les analphabètes complets

  • Travailler selon les intérêts de la personne
  • Se fixer des objectifs à court terme
  • Utiliser des dépliants des magasins d'alimentation
  • Toujours travailler sur des sujets qui sont signifiant pour l'apprenant ou pour vous.

Des outils suggérés

  • Un jeu de "Scrabble"
  • Un jeu de "Jarnac"
  • Les journaux et bandes dessinées

Pour les analphabètes fonctionnels et/ou de retour

  • Se munir d'une grammaire comme guide
  • Montrer comment se servir d'un dictionnaire
  • Se servir de l'annuaire téléphonique
  • Apprendre à lire et à pratiquer sur différents Formulaires d'inscription

Des outils suggérés

  • "Le Petit Guide Grammatical" de Rita Breton
  • Mémoire Grammatical par Michel Therrien
  • Un dictionnaire illustré
  • Les journaux

Pour faire suite aux outils suggérés, nous invitons les bénévoles alphabétiseures à développer des moyens pour garder la motivation de l'apprenant. Ces moyens peuvent tout simplement se résumer ou se traduire à vérifier s'il mange dans certains restaurants, donc se procurer le menu; se promener dans son quartier tout en lisant le nom des enseignes et des rues; aller à l'épicerie pour des achats ensemble ou vérifier le nom des produits et le prix. Si l'apprenant a des intérêts particuliers se rattachant à son vécu, pourquoi ne pas se rendre aux endroits qui répondent à ses besoins personnels. Ce peut être dans le domaine de la construction, de l'automobile, une pourvoirie ou autres... Un échange de connaissances peut devenir l'origine d'une belle relation amicale. À la fin de chacune de ces rencontres, nous vous suggérons de faire un retour sur ce que l'apprenant a appris.

Et surtout n'hésitez pas à lui rappeler qu'apprendre c'est:

  • acquérir l'autonomie
  • développer ses compétences
  • comprendre son environnement
  • participer à la vie plus activement
  • faire des choix plus éclairés
  • s'ouvrir sur une richesse culturelle

Durant les rencontres, nous recommandons de lire les mots et les textes à haute voix, d'inscrire le nom des choses qui sont à sa vue. Donnez-lui la possibilité de choisir des sujets qui l'intéressent, laissez-le apprendre à son rythme!

«Agissez selon votre bon sens.. faites-vous confiance et faites-lui confiance!»

Suivi de l'apprenant

Il serait préférable que la bénévole tienne un dossier académique concernant son étudiant afin d'assurer une continuité dans l'apprentissage, advenant le cas où vous devriez cesser vos activités.

Nous pourrions retrouver dans ce dossier:

  • l'identification claire des objectifs de l'apprenant
  • la révision périodique de leurs atteintes
  • l'évaluation de la progression de la démarche
  • le diagnostic des obstacles à l'apprentissage
  • le retour périodique aux objectifs de départ
  • la reformulation de la stratégie d'intervention selon les besoins
  • le support technique et/ou pédagogique utilisé(s)

A) Rencontres entre bénévoles

La coordination des activités et du suivi sera assurée par l'animateur ou l'animatrice responsable de l'implantation du projet selon une structure qui conviendra aux participants et participantes, de leurs exigences, de leur temps, etc... Ces rencontres vous permettront de parler de vos expériences et d'échanger des trucs pour mieux fonctionner!

La bénévole devra entrer en contact avec la personne-ressource si une difficulté quelconque se présentait lors de son action éducative, et ce, afin d'éviter un cumul de problèmes qui ralentiraient l'apprentissage de rapprenant.

La première rencontre

Enfin! Vous allez à votre premier rendez-vous. Que faire, que dire pour que cette première rencontre suscite chez votre apprenant le goût de persévérer dans cette démarche intellectuelle?

«Essayez de connaître votre apprenant le plus possible. Comment? En posant des questions, lentement. N'insistez pas trop. Faites-vous une biographie. Le meilleur moyen d'entrer en contact avec une personne est de s'intéresser à la personne même: en s'intéressant à sa vie, ses désirs, ses rêves, ses peurs et ses espoirs. Constituez-vous une histoire sur son passé, son présent, son futur. De plus, dites-lui qui vous êtes. Soyez un bon observateur. Gardez vos yeux ouverts. Regardez. Utilisez vos yeux autant que vos oreilles pour voir aussi bien que pour écouter ce que l'apprenant vous dit. Connaissez votre apprenant en observant ses attitudes, comment il réagit avec vous, avec les autres. Notez vos observations après chacune des rencontres, jamais pendant les rencontres»2

Références

  • Mot de Gilles Vigneault.
  • Lire et écrire, un Droit Fondamental, le CEPA à Châteauguay.
  • Textes de la Commission scolaire Régionale de Vaudreuil-Soulanges.
  • Textes de la Commission scolaire Régionale de Blainville Deux-Montagnes.
  • Textes de la Commission scolaire de Châteauguay-Des Moissons.
  • Textes de la Commission scolaire Régionale de l'Yamaska.
  • «Apprendre et enseigner avec bons sens», Marsha Forest.
  • Un Visa pour l'Alpha, Approches et Méthodes.

Crédits

Équipe de production
Pierre Girard
Marie-Andrée Ouellon
Lise Paradis,

Correction
Alice Joannette


  • 1 Vu la grande majorité de femmes bénévoles en alphabétisation, tous les termes employés au féminin sous-entendent le masculin.
  • 2 «Apprendre et enseigner avec bon sens» Marsha Forest.